DE L’EAU

En chemin vers “la Vanité”.

Travail en cours

Le noir est plein et vide à la fois.
De ce noir que j’ai voulu profond, où l’on peut se perdre, surgissent la lumière, le sujet,
comme dans la chambre noire.
L’objet, c’est l’image de l’objet.
Je cherche un contact direct, charnel, sans l’anamorphose d’un objectif optique
restituant une illusion volumétrique. Je pense alors à William Henry Fox Talbot,
pionnier de la photographie, qui se servait de fleurs et de feuilles pour ses “dessins photogéniques”.

Sur ce chemin, j’utilise actuellement des fleurs artificielles échouées le long des murs de cimetières, pour mettre en garde le spectateur contre un trop grand
attachement aux biens du monde.
À lui de voir !